filippo minelli

filippominelli1-4-708x456.jpg
 
 

Avec sa série Silence/Shapes, le photographe Filippo Minelli sublime la beauté des paysages (et de quelques intérieurs) grâce à des formes de fumée colorée. Sur son site, l’artiste explique vouloir donner «une forme physique au silence», annonçant un projet paradoxal. Véritable recherche artistique, Minelli tente de rendre visible l’invisible et audible l’inaudible. Mais comment représenter un concept ?

Les photos de Filippo Minelli sont poétiques sur plusieurs niveaux. L’artiste mêle l’esthétique au conceptuel. Les images donnent à voir de superbes cadres, mis en scène pour représenter une idée : celle du silence. Afin de donner une forme à cette idée, il capture l’éphémère de ces fumées qui se diffusent dans l’air, jusqu’à disparaître complètement. Ainsi, le silence est représenté par quelque chose qui flotte autour de nous, bien présent mais que l’on peut briser. Il plane et languit, faisant durer l’éphémère.

Cependant, la fondation madrilène Loewe insinue que si les fumées appellent au rêve et à la poésie, elles peuvent aussi symboliser quelque chose de plus brutal. La fondation d’art propose cette interprétation :

«Son usage de fumigènes provient probablement de l’intérêt de l’auteur pour les problématiques politiques et sociales : souvent utilisées dans les manifestations, elles font généralement référence à l’imagerie de la masse, de l’agitation, du cri et du bruit, voire même de la violence.»

Entre le spirituel et la violence, le figé et le mouvant, la série de Filippo Minelli agit comme une installation et une performance artistique.