Jeanne berbinau aubry

 

Diplômée en 2015 de la Villa Arson avec les félicitations du Jury, Jeanne Berbinau-Aubry se joue des phénomènes naturels, chimiques et mécaniques, détournant leurs applications pour accoucher d’une esthétique du sabotage.

Sa sérigraphie intitulée Projet Topolyse T01-2, ne représente que les prémices d’un projet ambitieux : celui de désagréger les institutions au travers des matériaux qui les compose pour les rendre à tous. Grâce au processus de l’électrolyse, l’artiste a transformé du cuivre en vert-de-gris, pigment utilisé à la Renaissance. Ce matériau déposé sur l’encre fraiche vient alors révéler tant l’image représentative du dôme de l’Opéra Garnier, que son existence substantielle.

A gauche, l’installation Liqueurs, 2014, présente des spiritueux élaborés à partir de végétaux exclusivement prélevés dans les jardins de la Villa Arson. Leur essence a été absorbée et emprisonnée par l’alcool au cours de la macération. Cette transformation, liée au changement d’état des substances, propose une nouvelle version olfactive et visuelle de ces jardins, faisant peu à peu de ce souvenir déjà altéré un réel poison.